Comment fonctionne un moteur de tronçonneuse ?

En termes simples, une tronçonneuse transforme l’énergie chimique contenue dans l’essence en énergie mécanique utilisable pour couper des arbres en bûches, générant du bruit et de la chaleur. Voici une explication simplifiée :

Moteur d'une tronçonneuse en vue éclatée

Le carburant dans le réservoir d’une tronçonneuse contient l’énergie nécessaire pour couper et hacher des bûches. Pour rester légère, la tronçonneuse ne contient que 0,5 litre d’essence, bien moins qu’une voiture.

 

Le carburant est mélangé avec de l’air dans un carburateur puis passe dans un cylindre. Ce cylindre fonctionne comme ceux d’un moteur de voiture mais avec une action simple de va-et-vient (deux temps) plutôt que le cycle plus complexe (quatre temps) d’une voiture. À l’intérieur du cylindre, le mélange air-carburant est enflammé par une bougie d’allumage, libérant de l’énergie et poussant un piston.

 

Un bielle et un vilebrequin transforment le mouvement de va-et-vient du piston en mouvement rotatif.

Un arbre de transmission transmet la puissance à l’embrayage centrifuge.

Le moteur de la tronçonneuse tourne constamment, mais la chaîne ne doit tourner que lors de la coupe du bois pour des raisons de sécurité et d’économie d’énergie.

L’embrayage centrifuge relie le moteur et la chaîne lorsque la vitesse du moteur est élevée (lorsque l’opérateur accélère) et arrête la chaîne lorsque la vitesse est basse (au ralenti).

Des engrenages transmettent la puissance de l’embrayage au pignon qui tient la chaîne.

La chaîne tourne autour d’une longue plaque d’acier appelée guide-chaîne, éjectant de la sciure de bois.

L’embrayage centrifuge, utilisé dans les tronçonneuses, permet de garder le moteur en marche tout en désengageant la chaîne lorsqu’elle n’est pas utilisée. Il s’engage automatiquement à haute vitesse (lors de la coupe du bois) et se désengage au ralenti. Il est composé d’un arbre de transmission intérieur et d’une jante extérieure autour, avec des bras mécaniques entre les deux. Ces bras s’écartent à haute vitesse, verrouillant les parties internes et externes de l’embrayage.

En basse vitesse, les ressorts maintiennent les parties internes de l’embrayage ensemble, créant un espace entre les parties internes et externes, empêchant la rotation externe.

En haute vitesse, les ressorts ne peuvent pas empêcher les parties internes de s’écarter, entraînant ainsi la rotation de la jante extérieure.